Header fondation
05 novembre 2014

Anne-Gaëlle, le pilier d'Antoine Michel

Même si Antoine Michel est seul sur son bateau, il sait pouvoir compter sur de très nombreux soutiens. Parmi eux, et non des moindres, sa femme Anne-Gaëlle, qui est en contact quotidien avec lui, nous livre ses impressions. 

La veille du départ j'étais très inquiète, notamment en raison des conditions climatiques attendues. J'ai une totale confiance en Antoine et je sais qu'il est un excellent marin, cependant nous sommes peu de chose face à l'Océan. La sérénité et l'optimisme d'Antoine m'ont rassurée, il a conscience des caprices de la mer et il sait qu'il faut rester prudent et humble face à celle-ci et faire preuve de stratégie météorologique.

Lorsqu’il a embarqué à 5h00 du matin, dimanche, sur la bateau, j'avais la boule au ventre. J'ai pu lui faire un dernier au-revoir sur Seizh Avel (le nom de son bateau, ndlr) et rester à bord jusqu'à une heure avant le départ. C'est les yeux pleins de larmes et le cœur serré que j'ai regagné le bateau de sécurité mais très heureuse qu'il concrétise son rêve et surtout immensément fière !

Nous l'avons suivi à bord du zodiaque sécurité jusqu'à la bouée de démanchage au Cap Fréhel. Il était 17h lorsqu'il l'a franchie, tout sourire malgré le gros grain noir qu'il venait de dépasser. Il a fait un magnifique départ, très à l'aise à la barre, il nous a tous impressionnés, il nous a "envoyé du rêve". Tout le monde criait "Vas-y Antoine, t'es le meilleur !" à bord du zodiac et du catamaran sponsor, c'était très émouvant. Il a perdu pas mal de temps quelques heures après le départ, il a dû affaler ses voiles suite à un problème technique, de sa 22ème position, il est passé avant-dernier.

La première nuit a été très difficile pour Antoine, il ne s'attendait pas à des conditions aussi rudes. La mer était déchaînée avec des rafales à 48 nœuds. Au petit matin, le bateau était une pataugeoire, Antoine était trempé et très fatigué. Depuis, il y a eu de la casse, il doit même vider 3 à 4 seaux d'eau par heure suite à une fuite ! Malgré ces conditions musclées, et le travail à effectuer à bord, Antoine à bien négocié la sortie de Manche et la renverse de courant au petit matin. Il a remonté la flotte de façon exceptionnelle et a occupé la 20ème position pendant 24 heures, avant de reperdre quelques places. Antoine n'a dormi que 8 heures depuis le départ, mais il devrait pouvoir bénéficier d'un peu de répit pour réparer les dégâts et dormir un peu.  

J'ai régulièrement de ses nouvelles irridium, un téléphone satellitaire. Je retransmets toutes les nouvelles du bord sur facebook et à Christophe qui gère le site internet. Je suis aussi Antoine de près sur le site de la Route du Rhum et évalue sa progression régulièrement, notamment la nuit quand j'entends le vent souffler...

Je connais ses qualités de marin et je sais qu'Antoine est un fin stratège sur l'eau mais je reste épatée par ses prouesses maritimes. Pour moi sa victoire est tout le chemin qu'il a parcouru pour être sur la ligne de départ. Il a réussi a généré une réelle solidarité autour de son projet et a fait de cette course une aventure humaine extraordinaire en partageant son temps et sa passion avec tout le monde. Quelque soit son score, je suis fière de lui tant en tant qu'homme qu'en tant que marin !

 

Pour suivre le projet, cliquez sur le bandeau ci-dessous ou bien suivez-nous sur Facebook !