Header fondation
19 avril 2014

Antoine Michel interviewé par des enfants

Le 9 avril dernier, une vingtaine d'enfants du Centre médico-social Lecourbe a rencontré Antoine Michel, le skipper qui va participer à la prochaine Route du Rhum en portant les couleurs de la Fondation Saint Jean de Dieu. Voici l'interview réalisée par les enfants eux-mêmes...

Les enfants : As-tu déjà participé à la course de la route du Rhum ?
Antoine Michel : Non, c’est la première fois que je vais faire la course du Rhum. J’ai déjà traversé l’océan Atlantique en course en double ou à plusieurs mais je ne l’ai jamais traversé seul. Je vais y participer avec mon bateau qui s’appellera 'Fondation Saint Jean de Dieu'. Dans ma catégorie, nous serons 45 participants sur 100. C’est la catégorie la plus représentée.

Combien de temps penses-tu mettre pour faire la course ?
Je pense mettre entre 20 et 22 jours pour arriver en Guadeloupe en fonction de la météo.

Comment te prépares-tu pour la course ?
Je me prépare physiquement en faisant des footings, de la musculation, des stages. Je suis également une formation médicale pour savoir me soigner en cas de besoin. Je m’entraîne aussi sur mon bateau car pendant la course, je ne devrai faire qu’un avec mon bateau. Je change les voiles par exemple. Je m’entraîne également en faisant des petites siestes. Pendant la course, je dormirai très peu et je dois m’habituer progressivement à ce rythme (des siestes de 30 minutes dans la journée et de 1h30 la nuit). Je dois également continuer à démarcher des partenaires pour me sponsoriser et à m’occuper d’eux en organisant des sorties en mer, par exemple.

Comment as-tu eu l’idée de participer à cette course ?
Je suis marin et le rêve de tous les marins est de participer un jour à la course du Rhum ! C’est aussi un défi que je me lance à moi-même.

Fais-tu autre chose dans la vie ?
Oui, je travaille dans une agence de recrutement 4 jours par semaine. Et les autres jours, je suis sur mon bateau pour me préparer. Depuis un an, je n’ai aucun jour de repos.

Comment vas-tu communiquer avec les gens ?
J’aurai avec moi un téléphone satellite qui me permettra de communiquer avec ma famille mais aussi pour parler avec mon mécanicien pour des conseils ou une assistance en cas de casse, ou pour parler avec mon médecin en cas de problème de santé. On pourra même s’appeler une fois pendant la traversée si vous voulez !

Qu’est-ce que tu vas emmener avec toi dans ton bateau ? Où vas-tu dormir ? Qu’est-ce que tu vas manger ?
Je vais emmener de la nourriture (boîtes de conserve, sucreries pour la nuit), un bon 'pouf' sur lequel je pourrai me caler confortablement car je ne dormirai pas sur un lit. Des vêtements chauds pour le départ à Saint Malo le 2 novembre mais aussi des vêtements plus légers pour l’arrivée en Guadeloupe. Je ne dois pas emmener trop de choses car plus le bateau est chargé, plus il est ralenti. Je vais également prendre du matériel : un ordinateur avec des cartes pour m’aider à me diriger, une radio à 60 km de portée pour communiquer avec d’autres navigateurs, une grande trousse à pharmacie pour me soigner en cas de problème, une AIS qui donne à terre la position de mon bateau et des balises de secours.

Quand tu dormiras, qui conduira ton bateau ?
Je vais dormir très peu pendant la course. Des petites siestes de 30 minutes dans la journée et la nuit 2 siestes de 1 heure 30. Le bateau sera alors en pilotage automatique. L’ordinateur commandera un vérin qui va guider le gouvernail.

En cas de tempête, la course continue-t-elle ?
Si la tempête intervient en début de course, les organisateurs décaleront sûrement le jour du départ. Par contre, si elle survient au milieu de la course, il faudra faire avec. Une fois que la course est lancée, on ne s’arrête plus.

Note des apprentis journalistes : Pour l’occasion, nous avions invité Frère Olivier qui a très gentiment accepté notre invitation. D’autres jeunes du Centre ont également participé à cette rencontre : la classe UPA Collège, les classes d’Hélène et Chiara, de Pascal et Marine, et des jeunes de l’USEP. Monsieur Hilaire aussi, le directeur général de la Fondation Saint Jean de Dieu, est venu nous écouter. Une superbe après-midi, très conviviale, qui nous a permis de faire connaissance avec Antoine et son joli rêve !


 Antoine Michel expliquant son projet aux enfants du Centre