Header fondation
10 mars 2016

Se faire le prochain des pauvres d'aujourd'hui

"Si nous le voulons, nous pouvons nous aussi décider de nous faire le prochain des pauvres d’aujourd’hui."

C'est en ces termes que Mgr Jean-Marc Aveline, évêque auxiliaire de Marseille, a invité les frères, collaborateurs, hébergés, partenaires et amis du Centre d'hébergement et de réinsertion sociale Forbin, le 9 mars 2016 à l'occasion de la fête de Saint Jean de Dieu, à s'approprier la parabole du Bon Samaritain. Ce passage de l'Evangile est lu chaque année pour la fête du fondateur de l'Ordre, souvent surnommé l'apôtre de la charité.

Au cours de la messe célébrée dans la petite chapelle du premier accueil de nuit d'Europe, Mgr Aveline a souligné qu'à travers "cette petite histoire toute simple, Jésus veut nous faire comprendre l'essentiel. Et l’essentiel, a-t-il précisé, c’est aussi que si l’on veut suivre Jésus, il faut accepter de faire des détours, de traverser la route et de s’arrêter pour venir en aide à ceux qui sont blessés, mendiants, perdus ; il faut accepter de se laisser saisir aux entrailles, de prendre du retard sur ce que l’on avait prévu de faire afin de pouvoir secourir ceux qui en ont besoin."

Faisant siens les mots du pape François au cours de son premier voyage pontifical sur l'île de Lampedusa en 2013, l'évêque marseillais a ensuite interpellé les personnes présentes :

"Aujourd’hui nous avons perdu le sens de la responsabilité fraternelle, nous sommes tombés dans l’attitude hypocrite du prêtre et du lévite dont parlait Jésus dans la parabole. Ce n’est pas notre affaire. Et ainsi nous nous mettons l’âme en paix, nous nous sentons en règle. La culture du bien-être, qui nous amène à penser surtout à nous-mêmes, nous rend insensibles aux cris des autres. Nous vivons dans des bulles de savon qui sont belles mais ne sont rien ; elles sont l’illusion du futile, du provisoire, illusion qui porte à l’indifférence envers les autres et même à la mondialisation de l’indifférence. Nous sommes habitués à la souffrance de l’autre. Cela ne nous regarde pas, ne nous intéresse pas, ce n’est pas notre affaire !" 

"S'il est un homme qui ne s'est pas endormi dans l'indifférence, a conclu Mgr Aveline, c'est saint Jean de Dieu, ce pauvre qui a partagé la misère de son temps. Il est important de se souvenir de tout cela ! Car nous comprenons mieux que la parabole du Bon Samaritain n’est pas qu’une jolie petite histoire qui ne nous concernerait que de loin. Si nous le voulons, nous pouvons nous aussi décider de nous faire le prochain des pauvres d’aujourd’hui. Si nous le voulons, nous pouvons nous aussi concrétiser dans notre vie quotidienne ces deux mots de charité et de miséricorde, que le pape François a voulu mettre au cœur de cette année jubilaire."

L'accueil de nuit de la rue de Forbin à Marseille a été fondé en 1872 par François Massabo, notable marseillais qui en a ensuite confié la gestion aux Frères hospitaliers de Saint Jean de Dieu. Le CHRS Forbin accueille aujourd'hui 283 personnes chaque soir, en urgence ou en réinsertion. 

Mgr Aveline présente l'oeuvre d'un hébergé, réalisée pour l'occasion


Retrouvez l'intégralité de l'homélie de Mgr Jean-Marc Aveline
→ Suivez les fêtes de Saint Jean de Dieu dans les établissements de France sur facebook et twitter !