Header fondation
23 juin 2020

La continuité pédagogique à l'UPA du Centre médico-social Lecourbe

Un des grands défis pendant la période de confinement a été d'assurer la continuité pédagogique avec les élèves de l'Unité pédagogique adaptée (UPA école). Enseignante engagée, Florence Caubert partage son expérience avec créativité...

 

 

UPA école, inventifs

Intrusif, agressif, le covid 19 nous oblige le 13 mars à fermer les portes de l’école et à rentrer chez nous confinés. C’est une coupure générale de courant entre nous.

Réactif, le groupe « SDJ classe de Florence » est créé le 14 mars par un parent d’élève de la classe UPA école, via une application mobile, WhatsApp, avec l’accord de la directrice et de l’enseignante, cela va de soi.

Vraiment vifs, les membres du groupe sont au nombre de 26 : 8 élèves + 2X 8 parents + 1 directrice+ 1 enseignante, auxquels s’ajoutent parfois les frères, les sœurs. Le courant entre nous est rétabli.

Dynamiques, participatifs, les élèves sont en contact permanent du lundi au vendredi, samedi, dimanche et jours fériés, à n’importe quelle heure du jour, pour bien vivre ensemble cette période de confinement. Ils participent activement à la vie du groupe « SDJ classe de Florence »

Impératif, le rendez-vous quotidien derrière l’écran pour continuer à se parler, rire, échanger, comprendre, dédramatiser. Les messages écrits ou vocaux, les vidéos, les photos fusent. Les élèves, les parents, la directrice et l’enseignante se prêtent au jeu.

Créatifs, les membres du groupe lancent des concours plus ou moins sérieux dans tous les domaines.

Positif, les élèves gagnent en autonomie, initiative, confiance en soi. Ils s’expriment de mieux mieux à l’oral, développent leurs capacités d’invention, de création, d’imagination. Ils progressent dans tous les domaines. Les élèves sont motivés pour se mettre au travail dans ces nouvelles conditions. Les activités scolaires proposées par l’enseignante sont accueillies par les élèves et les parents comme des défis à relever. Chacun a cœur à partager son travail, ses découvertes, ses créations artistiques, danses, fabrications d’objets, installations, compositions musicales. Les élèves y compris ceux qui sont en grande difficulté pour communiquer, envoient aussi leur travail, leurs poésies, leurs blagues, leurs hypothèses, leurs astuces pour résoudre des problèmes ou mémoriser une leçon. Les parents, la directrice et l’enseignante sont bluffés.

les liens se sont créés ou renforcés entre parents, parents et enfants, entre élèves, élèves et directrice, élèves et enseignante. Le groupe WhatsApp

« SDJ classe de Florence » doit vivre au-delà du confinement, c’est le souhait de chacun. Apprendre à compter les uns sur les autres est la plus belle leçon que nous retenons de cette période. Cette leçon n’est pas seulement du domaine des mathématiques mais plutôt du domaine de la Solidarité, si chère à l’ordre hospitalier des frères de St Jean de Dieu.

Florence Caubert, enseignante à l’UPA école (Unité pédagogique adaptée)